Quelle est la durée de vie d’une habilitation électrique ?

La durée de vie d’une habilitation électrique, fixée par la norme est de trois ans. Si la mise à jour du document unique d’évaluation des risques révèle une évolution de l’environnement électrique et des opérations effectuées il est obligatoire de procéder à un recyclage des salariés concernés.

En effet, le fait d’installer ou dépanner une installation électrique, ou même peindre autour d’une prise de courant constitue des sources d’accidents plus ou moins graves. Afin de maitriser le risque électrique, les employeurs doivent délivrer à leurs salariés une habilitation électrique.

Qu’est-ce qu’une habilitation électrique ?

L’habilitation électrique est le fait de reconnaitre la capacité ou l’aptitude d’une personne à effectuer en toute sécurité un travail  d’ordre électrique ou non électrique, sur ou au voisinage d’une installation électrique. L’habilitation électrique ne peut être délivrée qu’aux personnes formées au préalable aux risques électriques. La capacité et les connaissances d’une personne habilitée doivent être régulièrement testées. Un recyclage est généralement recommandé tous les 3 ans.

Qui est concerné par une habilitation électrique

Depuis le 1er juillet 2011, chaque salarié qui est confronté à un risque électrique doit posséder une habilitation. La notion de salarié électricien ou non électricien n’est plus le critère de choix, la distinction s’opérant désormais par rapport aux tâches effectuées par le salarié. Parmi les non-électriciens, les peintres, plombiers, menuisiers sont particulièrement concernés. Les peintres sont concernés par la pose et la dépose d’appareillage électrique, de prises ; les plombiers par les raccordements basiques d’ensembles neufs et la pose-dépose de chauffage électrique, de ballons électriques, de pompes à chaleurs…

Ce sont environ 500 000 personnes du BTP et globalement plus de 1,5 millions devront être formées à la nouvelle norme AFNOR NF C 18-510.

Quels sont les risques d’une habilitation électrique

Avec des réseaux électriques, les interventions dans les bâtiments ou sur le domaine public exposent les opérateurs à des risques électriques. Chaque année, des centaines d’accidents graves sont recensés.

C’est seulement depuis une vingtaine d’années que le nombre d’accidents du travail ainsi que les accidents graves diminuent mais ces derniers restent particulièrement graves. Le risque de mortalité dans ce domaine est quinze fois plus élevé que les accidents de travail tous secteurs confondus. Les secteurs  du bâtiment et des travaux publics, des activités de services, de travail temporaire et de l’alimentation sont parmi les plus touchés.

Et les obligations des employeurs ?

Pour la prévention des risques électriques, il existe de nouvelles dispositions du Code du travail qui ont renforcé la sécurité pendant les opérations sur ou à proximité des installations électriques, en ce qui rend l’habilitation électriques obligatoire. Depuis le 1er  juillet 2011, seuls les travailleurs qui sont habilités par l’employeur sont autorisés à intervenir et à vérifier des installations. Pour en savoir plus sur l’habilitation électrique et sa durée de vie, contactez-nous

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *